FAQ

Version imprimable

Cette page présente les réponses à un certain nombre de questions qui se sont posées à Vidéon. Les réponses sont basées en général sur des décisions du conseil d'administration.

Qui est Vidéon ?

Avec qui Vidéon est-il en contact ?

Vidéon et la production

Vidéon et la diffusion

Le soutien aux télévisions de proximité


Qui est Vidéon ?

Vidéon c'est pour quoi faire ?

"Cette association a pour but de promouvoir toute action non commerciale de création ou de diffusion audiovisuelle, dans l'intérêt d'un développement culturel ou social"
(extrait des statuts)

En bref Vidéon

  • Produit des films et des rubriques régulières
  • Diffuse des programmes sous forme de télévisions de proximité
  • Soutient l'émergence d'autres télévisions de proximité

Qui sont les vidéoniens ?

Les membres de Vidéon appelés Vidéoniens viennent d'horizons très différents (du squatter au chef d'entreprise...). Leurs motivations sont en conséquence variées

  • Découvrir la vidéo
  • Avoir un tremplin pour devenir professionnel
  • Réaliser des projets ambitieux
  • Faciliter les rencontres dans les quartiers
  • Investiguer sur les fonctionnements locaux
  • Rencontrer d'autres personnes
  • Passer de bons moments
  • etc.

Ce qui réunit les Vidéoniens, ce sont les projets mis en place pour produire des films et des émissions, diffuser au travers de télévisions locales, échanger avec d'autres projets similaires.

Ce qui réunit chacun, c'est également "l'esprit Vidéon" où chacun peut affirmer son identité et respecter des différences. Un cocktail de débrouillardise et d'ouverture vers les autres.


Mais que fait Vidéon ?

Vidéon propose plusieurs services

  • Le centre de ressources des télévisions de proximité et les espaces cultures multimédia
  • La production d'émissions de télévision de proximité et thématiques

Qui nous soutient ?

De nombreux organismes institutionnels ou privés ont soutenu Vidéon et ses projets, moralement, matériellement ou financièrement

On peut noter en particulier : La Commission européenne DG XII (Etudes et Recherche) et DG XIII (Marché de l'informatique et Télécommunications) ; La Délégation Interministérielle à la Ville (DIV), le ministère de la culture, le ministère de la recherche, le Conseil Général de l'Essonne, les mairies de Ris Orangis, Evry, Draveil, Morsang, Triel sur Seine ; ...


Vidéon c'est de gauche ou de droite ?

L'association Vidéon se veut une association citoyenne qui défend la démocratie. Cependant elle ne se positionne pas dans une tendance politique et peut dialoguer avec tout élu d'un parti démocratique. Au contraire, l'association souhaite faire coopérer entre elles des personnes de toutes tendances politiques ou confessionnelles, de toute classe sociale, de tout niveau de connaissance en vidéo.

Chaque membre de Vidéon peut avoir ses propres convictions, être membre d'un mouvement religieux ou politique. Les membres du CA ou du bureau de Vidéon peuvent se présenter en leur nom propre à des élections. Mais s'ils sont élus sur une collectivité territoriale où Vidéon est actif, ils doivent alors : démissionner s'ils sont membre du bureau ou signer une déclaration sur l'honneur comme quoi leurs deux mandats resteront indépendants s'ils sont au CA (CA du 23/06/95).


Avec qui Vidéon est-il en contact ?

Vidéon est-il affilié à d'autres structures ?

Vidéon s'est affilié à plusieurs organismes :


Existe-t-il d'autres partenaires en dehors des affiliations ?

L'association a signé en 1998 un accord de partenariat appelé "Réseau Vidéo" avec plusieurs autres associations dont le Caméra Club d'Orsay Faculté pour échanger des moyens et mettre en place des projets communs.

Par ailleurs de nombreuses associations sont adhérentes de Vidéon ou coopèrent régulièrement avec elle :

  • Dans le domaine de la vidéo : Accent, Cylop, Grain d'orge Vidéo, Local Vidéo, Vidéo Glaise Association
  • Dans la musique : Lalema
  • Dans l'infographie et Internet : Media on Line

Vidéon a réalisé de très nombreux projets en coopération avec divers organismes tels que Handicap International, l'Internet Fiesta, L'Association pour la Création et la Diffusion Scientifique (ACDS), Association "Ah que c'est public", l'Aérospatiale, l'Aurige, le Carré images de Poitiers, l'association Citurbis, le Club Im'MEDIA, Compagnie Farfado, La 8, Logissonne informatique, La Maison des Champs, Quartiers en ligne, l'Observatoire de Triel, l'OROLEIS, URBA 2000, Ushbayaye, la Société Astronomique de France (SAF), etc.


Et dans les médias ?

Les journaux, les radios et les télévisions parlent de Vidéon découvrez les médias qui parlent de nous dans notre page "".


Vidéon et la production ?

Comment faire des films ?

Les règles suivantes s'appliquent aux films produits ou coproduits par Vidéon (CA du 21/9/98) :

  • Un film impliquant plus de 3 personnes doit impérativement comporter 2 rôles distincts :
    * Un réalisateur : responsable de la qualité technique et artistique du film
    * Un producteur délégué : nommé par le bureau de Vidéon, responsable de la bonne fin, du budget, des aspects légaux et des liens avec Vidéon. Pour les films réalisés par 3 personnes ou moins, le réalisateur fait office de producteur délégué et rapporte au bureau de Vidéon
  • En outre, pour les fictions et les captations impliquant un grand nombre de personnes, il est vivement conseillé de prévoir les rôles suivants avec des personnes séparées :
    * Un premier assistant de réalisation pour une fiction : Il prépare le découpage en décors à partir du scénario et s'occupe des scènes qui vont être tournées
    * Un chef de plateau pour un tournage multi-caméras : Il fait le lien entre le réalisateur et le plateau (cadreurs et animateurs)
    * Un script : Il assiste le réalisateur pendant le tournage, pour assurer la cohérence entre les scènes, il prépare le rapport de tournage qui facilite le montage et la finalisation.
    * Un directeur photo : Il est responsable de la qualité de l'image. Il peut être assisté d'un ou plusieurs éclairagistes
    * Un ingénieur du son : Il est responsable de la qualité du son.
    * Un ou plusieurs cadreurs
    * Un régisseur : responsable de la vie des participants pendant le tournage (repas…)
    * Un producteur exécutif : Responsable des moyens techniques fournis par Vidéon.
  • Tous les participants au tournage doivent être adhérents à Vidéon à l'exception :
    * Des invités à un plateau (l'animateur ou les acteurs doivent également être adhérents)
    * Des membres d'une autre association qui serait coproductrice (le coproducteur prend alors en charge la responsabilité civile de ses adhérents)
    * Des dérogations accordées par le bureau. Dans ce cas, les participants non adhérents doivent signer une décharge à Vidéon
  • Lorsqu'un film est réalisé avec les moyens de Vidéon, sans apport d'un coproducteur, sans mécénat et sans commandite de la part d'un adhérent Vidéon, il doit respecter les limites actuelles réalisables avec les moyens classiques de Vidéon :
    * Les tournages et montages doivent être réalisés avec les moyens propres de Vidéon ou avec des moyens prêtés
    * Les fictions doivent être limitées à 5 minutes avec un nombre de décors peu nombreux, identifiés, aisés d'accès et proches
    * Pour les films : Les rushes doivent tenir sur une cassette de 60 minutes et le montage doit occuper une place disque maximum de 1 Go, hors compilation, lorsqu'ils sont montés à Vidéon. Les captations et les assemblages d'émissions sont masterisés avec des magnétoscopes classiques, et ne sont donc pas soumis à cette limitation.
  • Les musiques et autres éléments utilisés (photographies, extrait de films…) doivent être libres de droits ou utilisés à but d'illustration

Vidéon fait-il des films commandités ?

Les films nécessitant une garantie de bonne fin et disposant d'un financement extérieur sont régis par le supplément au règlement intérieur adopté par le CA du 20/06/97.

L'association Vidéon n'étant plus soumise à la TVA depuis 1992, elle ne peut fournir des services qu'à ces membres dans les conditions fixées par la loi. Certains films réalisés pour des adhérents peuvent cependant rapporter un peu d'argent à l'association. Cependant la structure est mal adaptée pour garantir la bonne fin d'un film avec un projet suivi sur plusieurs mois par des bénévoles. L'association ne réalise plus de films commandités (hors captation). Elle peut cependant être commissionnée pour avoir transmis une opportunité de film commandité à des personnes ou une structure professionnelle (CA du 06/01/95 modifiant les règles du 4/10/92).

Il existe une seule exception : Les captations multicaméras qui sont des projets rapides (le film est pratiquement terminé après le tournage). Elles doivent être réalisées pour des structures adhérentes de l'association. Toute proposition de film ayant une implication financière doit être soumise au préalable au bureau. L'organisme intéressé recevra la fiche pratique "que filme Vidéon" qui explique ces règles. Un accord écrit doit être signé entre le "commanditaire" et le bureau 1 mois avant le tournage (CA du 20/06/97).

Il a été décidé, lorsqu'un film rapporte de l'argent, de donner la priorité aux investissements. Aucune personne membre de l'association ne touchera de rémunération sur des films commandités. Les membres de Vidéon doivent rester bénévoles. (CA du 06/06/95)

Par ailleurs les défraiements ne se feront qu'éventuellement dans le cadre de projets rapportant de l'argent et selon une charte qui reste à écrire (CA du 15/4/98). Ils ne peuvent se faire que dans le cadre fournit à l'avance par un budget accepté (Supplément au règlement intérieur du 29/10/93). En attendant la charte, tout membre réalisant un film permettant d'obtenir des financements pour l'association est prioritaire pour le choix du type d'investissement que Vidéon fera avec une partie de la somme récoltée (CA du 16/10/92)

Vidéon ne faisant plus de films commandités traditionnels, elle bénéficierait cependant de la présence à proximité d'une structure professionnelle (transfert de savoir-faire, débouché pour les membres les plus avancés de Vidéon, échanges de moyens matériels). Vidéon regardera avec beaucoup d'attention toute proposition allant dans ce sens et pourrait soutenir la naissance d'une structure professionnelle par une aide en nature (prêt de locaux, de matériel...) (CA du 4/11/97)


Comment emprunter le matériel à Vidéon ?

  • Le matériel ne peut être prêté ou louer qu'aux membres de Vidéon (afin que le matériel soit assuré) (CA du 13/11/92 et du 23/11/95)
  • Dans le cadre des films produits ou coproduits par Vidéon il est en général prêté
  • Pour les films personnels, le matériel est loué à un prix associatif. La seule exception concerne les membres qui ont rendu des services à l'association (prêt de leur propre matériel, animation d'activité) lorsqu'il s'agit d'un film à but non lucratif. (CA du 23/06/95)
  • Le matériel doit faire l'objet d'une réservation sur le tableau prévu et un bon d'entrée sortie doit être établi (CA du 14/11/96)
  • Les rushes et les masters restent à Vidéon sauf cas exceptionnel. Ils doivent alors faire l'objet d'un bon de sortie (CA du 14/11/96)
  • En cas de casse ou de vol du matériel, l'association pourra exiger de l'emprunteur qu'il complète la somme allouée par les assurances pour la réparation ou l'achat d'un appareil identique ou équivalent. (règlement intérieur)

Le matériel des membres peut aussi être utilisé. Il existe deux cas de figure (CA du 16/04/91)

  1. Le matériel est prêté pour un certain temps ou une durée illimitée. Une fiche de prêt doit être signée. L'association s'engage alors à le maintenir en parfait état de fonctionnement, en particulier en assurant le matériel. Si le matériel est prêté pour une durée non limitée, il est alors inclus dans l'inventaire du matériel Vidéon avec une indication sur son propriétaire.
  2. Le matériel est prêté entre membres de Vidéon. Dans ce cas, c'est l'emprunteur qui en assume la responsabilité.

Comment utiliser le studio Vidéon ?

Les règles suivantes régissent l'occupation du studio de montage de Vidéon (CA du 23/06/95)

  • Le studio ne peut être utilisé que par les membres de Vidéon
  • Pour les films personnels, le studio est loué à un prix associatif. La seule exception concerne les membres qui ont rendu des services à l'association (prêt de leur propre matériel, animation d'activité) lorsqu'il s'agit d'un film à but non lucratif.
  • Les personnes qui sont sur la liste des monteurs reconnus par Vidéon peuvent utiliser le studio seul. Les autres doivent être accompagnées d'un monteur Vidéon.
  • Le studio doit faire l'objet d'une réservation sur le tableau prévu
  • Après utilisation, le cahier d'utilisation doit être rempli en indiquant en particulier les anomalies remarquées.
  • Les rushes une fois tournés et les masters doivent rester à Vidéon

Vidéon et la Diffusion

Et la liberté d'expression ?

Vidéon a décidé de donner la priorité à la liberté d'expression (dans la limite de la loi), même si cela doit être au détriment des liens avec les financeurs potentiels de l'association. (CA du 18/03/98 et du 15/04/98)


Quels types de programmes sont diffusés dans les télévisions ?

Il a été décidé de ne pas établir de censure à priori sur les programmes, sauf si ceux-ci sont contraires à la loi. Il y a donc trois types de programmes qui peuvent être diffusés: (CA du 15/4/98)

  1. Des programmes de qualité qui pourraient accueillir du mécénat et servir à financer l'ensemble
  2. Des programmes d'investigation plus difficilement finançables
  3. Des programmes réalisés par des personnes moins expérimentées leur permettant de faire leurs armes (L'assistance fournie par les permanents et les membres expérimentés de Vidéon doit permettre d'atteindre le minimum de qualité nécessaire).

Le soutien aux télévisions de proximité?

Vidéon met en place un réseau d'information et d'échange pour favoriser l'émergence de télévisions de proximité. Il a pour but d'aider toute personne ou association à produire, échanger et diffuser régulièrement des productions amateurs (CA du 20/3/92).

Le réseau des télévisions de proximité est basé sur 3 axes : (CA du 10/7/92)

  1. L'assistance et la diffusion du savoir-faire aux télévisions de proximité
  2. La gestion d'une banque d'images
  3. La mise en place d'un réseau de correspondants
Version du 25/11/99